17 mars 2022
Nutrition et santé Médias Nutrition TIC Mali

3 questions aux équipes du projet de nutrition Meriem

Portée par le ministère de la Santé du Niger, la campagne de communication sociale sur l’alimentation des femmes enceintes et allaitantes et des jeunes enfants de 6 à 23 mois a été lancée le 20 janvier 2022 au centre de santé intégré Koira Kano nord du district 1 de Niamey.

Ce lancement était organisé par les équipes du projet Meriem, en collaboration avec les cadres de la direction régionale de la Santé publique et de la direction de la Nutrition. Parmi les personnalités et organisations partenaires du projet, étaient notamment présents le gouverneur de la région de Niamey et le secrétaire général adjoint du ministère de la Santé publique et de l’Action sociale.

La campagne a démarré en novembre dernier avec le concours de deux organisations nigériennes de la société civile. Dans un premier temps, les messages de cette campagne portaient sur l’alimentation des femmes enceintes et allaitantes. Depuis cette année et pour une durée d’un mois et demi, c’est l’alimentation des jeunes enfants qui est abordée. La campagne mobilise de façon large et diverse différents canaux pour promouvoir les comportements alimentaires promus dans les messages, afin de contribuer à la prévention de la malnutrition des jeunes enfants et des femmes en âge d’en avoir.

En quoi consistent les ciné-débats et les démonstrations culinaires proposés dans le cadre de cette campagne ?

Ibbo Amadou, superviseur de la campagne au sein du Gret : « Lors d’un ciné-débat, les participants et participantes assistent à la projection d’un film consacré au sujet et dans lequel ils et elles peuvent regarder, écouter et prendre le temps de s’identifier aux personnages. Ensuite vient le moment des échanges, du débat, qui permet alors d’apporter des compléments d’information si nécessaire.

La démonstration culinaire est une tout autre technique de sensibilisation en faveur d’une alimentation recommandée. Elle consiste à utiliser les aliments localement disponibles pour préparer un repas équilibré et à haute valeur nutritive, dans l’intention de prévenir la malnutrition des enfants et des femmes en âges de procréer.

Les séances de ciné-débats et celles de démonstration culinaire sont réalisées dans dix centres de santé de Niamey à l’occasion des différentes consultations, et dans six quartiers à travers les groupements féminins, les concessions et les fadas. Les sessions sont animées par les équipes des deux OSC nationales partenaires. »

Démonstration culinaire dans un quartier © Gret, 2022

Ce nouveau service AlloLaafia, que propose-t-il ?

Warsou Ousmane, chargé de sensibilisation au Gret : « AlloLaafia, c’est une première au Niger, il s’agit de sensibiliser par la téléphonie mobile. Ce service a été développé conjointement par le ministère de la Santé publique, de la Population et des Affaires sociales en étroite collaboration avec le Gret. Il consiste à envoyer des messages téléphoniques aux femmes enceintes, à leur mari et aux jeunes parents d’enfants de 6 à 23 mois. Les conseils reçus sont personnalisés et adaptés en fonction du stade d’évolution de la grossesse et de l’âge de l’enfant.

À Niamey, grâce à cette campagne, ce sont plus de 10 000 personnes qui ont été abonnées à ce service. Disposer d’un téléphone portable, savoir lire ou avoir quelqu’un de confiance dans son entourage qui puisse lire les SMS reçus sont entre autres les critères pour inscrire les personnes à ce service. Chaque abonné·e reçoit ainsi deux à trois SMS par semaine, avec des messages portant sur l’alimentation et sur la santé. »

En plus du service AlloLaafia, y a-t-il d’autres innovations ?

La campagne déployée par le Gret et ses partenaires a également une portée nationale au travers de la diffusion de deux courts spots de sensibilisation sur les télévisions et radios nationales. « Sa signature porte un message fort : ‘écoutons nos bébés’ », précise Amélie Girel, cheffe de projet au Gret. « La chanson de la marraine Fati Mariko est par ailleurs diffusée sur deux radios communautaires. Bien entendu tous les messages diffusés via les médias de masse sont proposés dans les trois langues – haoussa, zarma et français – pour toucher le plus grand nombre. »

« Fati Mariko est une compositrice et chanteuse bien connue des Nigérien·ne·s et appréciée par son engagement. Son implication active en tant que marraine de la campagne va permettre d’accroître la visibilité et l’intérêt de la population sur le sujet de la prévention de la malnutrition maternelle et infantile au Niger », explique Ibbo Amadou. À travers la chanson et le clip qu’elle a spécialement réalisés pour la campagne, et grâce à sa présence dans plusieurs sessions de ciné-débats et démonstrations culinaires, Fati Mariko apporte une aide généreuse et précieuse.

Fati Mariko et deux animatrices de l’OSC ADN KAMNA © Gret, 2022

Les nombreux canaux utilisés pour cette campagne devraient apporter des connaissances et favoriser l’adoption de comportements alimentaires favorables à la santé des femmes enceintes et allaitantes et des jeunes enfants en milieu urbain à Niamey. La campagne fera l’objet d’une évaluation externe pour démontrer son efficacité et son impact. Comme le dit Fati Mariko dans sa chanson : « Veillons sur l’alimentation de nos femmes et enfants ! ».

Lire aussi

17 mai 2022

Jouer pour mieux partager la gestion des services d’eau potable

Lire plus
17 mai 2022

Echange autour des enjeux de la participation citoyenne dans les projets Eau et Assainissement

Lire plus
17 mai 2022

Lancement du test du tri à la source et compostage individuel auprès des ménages à Nkayi et Owando !

Lire plus