Un.e stagiaire (H/F) pour l’appui à la capitalisation des activités de formulation et de production d’aliments fortifiés

Publié le 03 mai 2022

Fondé en 1976, le Gret est une ONG internationale regroupant des professionnel.le.s du développement. Il agit du terrain au politique pour lutter contre la pauvreté et les inégalités en apportant des réponses durables et innovantes pour le développement solidaire. Actif dans 28 pays en 2020, le Gret compte 14 représentations permanentes en Asie, en Afrique, en Amérique Latine (www.gret.org). En 2021, le Gret est composé de 709 salariés dont plus de 600 sont basés dans les pays d’intervention (Afrique, Asie du Sud-Est et Haïti).

Le Gret intervient sur une palette de thématiques qui ensemble contribuent au développement des pays du Sud :

  1. Agriculture : filières et politiques agricoles ;
  2. Citoyennetés et démocratie ;
  3. Eau potable et assainissement ;
  4. Gestion des ressources naturelles et énergie ;
  5. Microfinance et insertion professionnelle ;
  6. Santé : nutrition et protection sociale ;
  7. Villes pour tous et décentralisation.

Le Gret intervient depuis plus de 25 ans dans le domaine de la santé, particulièrement en santé materno-infantile. Avec le programme Nutridev (www.nutridev.org), développé avec l’Institut de recherche pour le développement depuis 1994, il agit pour prévenir durablement la malnutrition en améliorant les régimes alimentaires et les pratiques de soins principalement des femmes en âge de procréer et des enfants de moins de deux ans et en contribuant au développement de systèmes alimentaires sains et durables.

Contexte

Le Gret, en partenariat avec Hystra, met en œuvre depuis juin 2018 le projet Meriem visant à démontrer comment les solutions commerciales peuvent contribuer à réduire durablement la malnutrition au Sahel (Burkina Faso, Niger, Mali), pour une durée de 4,5 ans et avec un budget de 14,2 millions d’euros sur financement de l’Agence Française pour le Développement (AFD) et la Fondation Bill et Melinda Gates.

Les aliments fortifiés manufacturés de qualité ont un fort potentiel pour prévenir la malnutrition des jeunes enfants et de leurs mères. Pourtant, les entreprises sahéliennes rencontrent des difficultés à se développer pour proposer et distribuer des aliments fortifiés de qualité à large échelle, sur un marché complexe qui leur semble peu favorable.

L’offre locale de qualité et abordable reste peu développée, et les produits importés sont inaccessibles financièrement à la majorité de la population. En suscitant l’adhésion des acteurs publics et privés de la nutrition, et avec des mécanismes de marché pérennes, il est possible au Sahel d’étendre l’offre d’aliments fortifiés, de qualité, et accessibles au plus grand nombre, pour contribuer à prévenir la malnutrition.

Le projet pilote Meriem relève le défi de concilier objectif social et rentabilité économique à grande échelle dans trois pays. Il veut démontrer comment et à quelles conditions des solutions commerciales peuvent contribuer à prévenir durablement la malnutrition, sous toutes ses formes, dans les grandes villes sahéliennes. Le projet Meriem passe principalement par l’établissement de partenariats étroits avec des entreprises locales de production et/ou distribution de produits alimentaires, pour les inciter à produire et commercialiser des produits fortifiés de qualité à destination des jeunes enfants et des femmes en âge de procréer, de manière rentable et réplicable à grande échelle.

Pour ce faire, il réunit un pool d’experts internationaux du monde des ONG, de la recherche et du conseil au secteur privé – Gret, Hystra, Iram, ICI, IRD, Ogilvy Change, Think Place.

Les principales étapes du projet :

> Développer une offre locale d’aliments fortifiés de qualité, adaptée aux besoins nutritionnels des jeunes enfants et de leurs mères, et accessible à la plus grande partie de la population. Des entreprises sahéliennes capables de les produire et les commercialiser à grande échelle sont sélectionnées et accompagnées.

> Déployer une approche commerciale innovante pour une consommation régulière de ces produits par le plus grand nombre. Des stratégies de commercialisation sont testées à grande échelle avec des acteurs de la distribution et des réseaux de proximité innovants. Un label qualité est promu. Des activités de sensibilisation en nutrition sont réalisées avec l’Etat et des acteurs locaux.

> Évaluer et capitaliser les résultats et les mettre en débat avec les acteurs nationaux et internationaux de la nutrition, du développement et des affaires.

Descriptif de la mission

La mise en œuvre du projet a permis de formuler, de produire et de suivre la qualité de 6 aliments manufacturés fortifiés au Burkina Faso, au Mali et au Niger. La conception de ces produits et l’appui à 6 entreprises de l‘agroalimentaire fait ressortir des expériences intéressantes qui cependant mettent en exergue des difficultés ainsi que des leviers à lever. Alors que le projet entre dans sa dernière année de mise en œuvre, une démarche de capitalisation doit maintenant être engagée afin de prendre du recul, questionner, et tirer des enseignements des processus mis en œuvre à travers le projet afin de contribuer à la construction de références pour de futurs projets, et de les partager avec les différentes parties prenantes, des partenaires du projet, du secteur privé burkinabé, malien, nigérien et international, du milieu des ONGs, des acteurs de la nutrition et des bailleurs. Au-delà de l’analyse approfondie des résultats des actions menées, il s’agit de s’intéresser tant aux réussites qu’aux échecs et aux processus qui y ont menés.

Cette capitalisation aboutira à la réalisation d’un Cahier projet (Editions du Gret) pour valoriser les activités et résultats du projet Meriem sur la formulation et la production d’aliments fortifiés de qualité pour les jeunes enfants et les femmes au Sahel. L’objectif de ce cahier projet, sur ce volet technique, est de :

  1. Valoriser les résultats du projet auprès des bailleurs et des partenaires.
  2. Capitaliser sur les acquis du projet et les leçons apprises.
  3. Mettre en exergue le positionnement du Gret en matière d’implication du secteur privé dans la lutte contre la malnutrition et la fortification alimentaire.

Le cahier projet devra suivre la Charte Editoriale de la collection des Cahiers projets du Gret pour une longueur d’une trentaine de pages. Il sera largement diffusé en version papier et/ou électronique.

A cet effet, le/la stagiaire, sera recruté.e afin d’accompagner ce travail de capitalisation des activités de formulation, de production et de suivi de la qualité d’aliments fortifiés, et qui sera porté par l’équipe du projet Meriem et la direction scientifique du Gret.

A partir d’un questionnement et d’une méthodologie élaborée par l’équipe du projet en amont du démarrage du stage, et en collaboration étroite avec l’équipe, le stagiaire devra analyser la démarche de mise en œuvre de la conception et production par 6 entreprises d’aliments manufacturés fortifiés de qualité.

Le/la stagiaire aura pour missions principales :

  1. La revue documentaire (documentation sur le projet, rapports annuels, les rapports d’activités et d’études du projet, autres rapports méthodologiques et techniques, etc.).
  2. L’amendement et ajustement de la note méthodologique proposée initialement en concertation avec l’équipe du projet.
  3. La collecte de données par la conduite d’échanges, d’observations et d’entretiens :
  4. Avec l’équipe : niveau collectif et individuel ;
  5. Avec plusieurs experts et partenaires impliqués dans le projet ;
  6. Avec les acteurs institutionnels de la nutrition des pays concernés.
  7. L’élaboration de la première version du cahier projet sous le format de l’édition Gret.

Selon la durée du stage, d’autres missions opérationnelles pourront être proposées tel que l’appui technique et opérationnel à la chargée de mission agroalimentaire et aux équipes de terrain pour le suivi de la qualité des produits.

Profil recherché

Le/la stagiaire devra être de formation supérieure en agroalimentaire et/ou en nutrition et avoir :

  1. Une capacité de travail en équipe et des qualités relationnelles.
  2. Une forte capacité d’analyse, de synthèse, et de rédaction.
  3. Une créativité et autonomie dans le travail.
  4. Un très bon sens de l’organisation.
  5. Une bonne rigueur méthodologique d’enquête qualitative.
  6. Une adaptabilité et autonomie, ouverture d’esprit à d’autres cultures.
  7. Un intérêt avéré pour les thématiques du projet et pour le milieu de l’aide et du développement.

Le GRET s’engage pour les personnes en situation de handicap et lutte activement contre toutes les formes de discrimination. Cette offre d’emploi est ouverte à toutes les personnes présentant le profil recherché.

Conditions et durée

Le stage est prévu sur une durée de 2 mois à 6 mois, avec un démarrage souhaité en juin 2022.

Le/la stagiaire sera basé.e  à Nogent-sur-Marne.

Les indemnités de stage sont de 600,60 € par mois

Modalités de soumission des dossiers

CV et lettre de motivation à envoyer avant le 22 mai 2022 à accueil@gret.org, avec comme objet du mail “ Stage Meriem – capitalisation formulation et production ”.

Seul/es les candidat/es sélectionné/es seront contacté/es pour passer un entretien – Merci de ne pas téléphoner.

Pour en savoir plus sur le Gret : www.gret.org

Brush

Merci d'adresser votre candidature, avant le 22/05/2022 Postuler